menu sommaire
MENU FERMER SOMMAIRE

Newsletter 2021 des Juniors en Dermatologie

RETOUR AU SOMMAIRE

Votre formation …et des stages

Votre formation est bien sûr basée sur les stages effectués dans les CHU et dans des services hors CHU.

L’organisation locale et régionale est assurée par les coordinateurs correspondants. Ils pourront vous conseiller pour vos choix en fonction des spécificités des services.

Bien sûr, à côté des coordonnateurs, vous serez encadrés pendant vos stages par les « seniors » des services de Dermatologie.

NB.

Avec la réforme et les nouvelles régions, les regroupements ont changé et de nouvelles commissions sont en train de se mettre en place.

Les services agréés DES de Dermatologie

Liste des coordinateurs régionaux et inter-régionaux

carte stages

Pour tout savoir sur les spécificités des services accueillant des stages de Dermatologie une carte interactive a été mise en place.

Visitez-la, explorez-la par ville, hospitalo-universitaire et thématique. Ceci pourra vous aider pour guider vos choix actuels et futurs et pour connaître des correspondants potentiels à contacter pour échanger et pour leur expertise.

Consulter la carte

Stage d’interface dermato-anapath Témoignage

Portrait Alizé PACAUD


ECN 2017, Bordeaux

Le stage d’interface en dermatopathologie me permet d’effectuer un stage combiné entre le service d’anatomopathologie et les consultations du service de Dermatologie.

L’anatomopathologie est très enrichissante en tant que dermatologue car elle fait partie intégrante de notre pratique clinique. L’apprentissage de la dermatopathologie m’a permis de mieux assimiler la physiopathologie des pathologies inflammatoires mais aussi les prises en charge thérapeutiques. Dans le domaine de l’oncologie, j’ai pu mieux comprendre l’origine des difficultés à établir un diagnostic notamment pour les lymphomes cutanés.

Mon rôle, dans le cadre de ce stage, consiste à faire le lien entre le service d’anatomopathologie et le service de dermatologie en organisant notamment les confrontations anatomocliniques. Celles-ci sont primordiales car elles permettent de réunir les compétences des dermatologues et des pathologistes.

Alizé PACAUD au microscope

Dans le service de dermatologie, j’assiste aux consultations des seniors ce qui permet, en fin d’internat, de consolider mes connaissances dans le suivi et la prise en charge thérapeutique des patients chroniques.

Je conseillerais à tous les internes de se former en anatomopathologie car c’est, selon moi, un complément indispensable à la pratique dermatologique !

Stage inter-CHU Pourquoi pas moi ?

UN INTER-CHU, des INTER-CHU

Dès votre internat, vous avez la possibilité de « bouger ».

Ces stages peuvent se faire au sein de votre région (échange à « coût nul »), entre deux régions ou en outre-mer voire à l’étranger. Bouger est une belle opportunité pour enrichir ses connaissances et sa pratique, et est parfois nécessaire si vous voulez vous former dans une thématique particulière qui est moins développée dans votre CHU. Consultez la carte des spécificités et des expertises des services, maintenant disponible sur le site du CEDEF pour vous aider à cibler vos demandes et à guider vos projets.

Carte des spécificités et expertises

L’inter-CHU Une expérience riche et indispensable au cours de l’internat
Témoignage en dermatopédiatrie

Portrait Stéphane KANDEMIR


ECN 2018, CHU de Lille
Inter-CHU en cours au CHU de Nice

Pourquoi ?

J’ai réalisé cet inter-CHU afin de me former en dermatologie pédiatrique.

En plus de m’être formé en pédiatrie j’ai découvert un autre CHU donc d’autres méthodes de travail enrichissantes personnellement mais également une nouvelle région avec une population différente et des demandes différentes.

J’ai également fait de magnifiques rencontres pendant ces 6 mois. C’est une super expérience personnelle.

Comment faire ?

J’ai débuté mes démarches environ 1 an avant le début du stage.

J’ai d’abord demandé auprès de ma coordinatrice de DES l’autorisation de faire un inter-CHU. J’ai ensuite contacté les différents chefs de service de dermatologie pédiatrique (Paris, Bordeaux, Nice) et j’ai décidé d’aller sur Nice étant donné que je venais de Paris et que Bordeaux n’était pas disponible. J’ai par la suite constitué mon dossier d’inter-CHU (qui varie selon la ville d’origine). Le mien était composé d’un CV, d’une courte lettre expliquant le but de l’inter CHU et le projet post-internat qui en découle mais également d’une lettre de motivation à l’intention de mon coordinateur de DES, du chef de service de la région d’accueil et de ma faculté. J’ai ensuite recueilli les signatures du chef de service, du directeur du CHU et du doyen de la faculté de Nice parallèlement à la signature de ma coordinatrice de DES et un relevé de stage fourni par ma faculté.

Puis la commission de la faculté de Lille a étudié mon dossier et a rendu son verdict positif environ 5 mois avant le début de l’inter-CHU. Le classement des dossiers se fait selon une grille de points incluant le projet pédagogique, votre futur dans votre région (post-internat), les publications scientifiques, un éventuel master 2 ou la participation associative…

Si vous souhaitez effectuer votre inter-CHU à Paris, il vous faudra également adresser votre dossier complet au bureau des internes pour qu’il soit présenté et accepté en commission médicale d’établissement. Je n’ai pas trouvé les démarches administratives particulièrement longues, ce qui est sûr c’est qu’elles en valent la peine croyez-moi l’expérience d’un inter-CHU est géniale !

L’inter-CHU Un inter-CHU en dermatologie interventionnelle
Témoignage

Portrait Flavie MAITREPIERRE


ex-interne de Strasbourg ECN 2016
Inter-CHU à Bordeaux en dermatologie chirurgicale
Assistante partagée Cayenne-Strasbourg depuis novembre 2021

Lorsque j’ai commencé mon inter CHU dans le service de Dermatologie interventionnelle de Bordeaux, je ne savais pas exactement comment allaient s’organiser les prochains mois, mais j’étais sure d’une chose : j’avais bien fait de commencer ma démarche tôt, au vu des demandes pour ce stage ! J’avais toujours eu la volonté de me perfectionner dans la chirurgie en dermatologie, mais la formation de ma région ne laissait pas beaucoup de place à cette pratique. J’arrivais donc en stage avec seulement l’expérience de quelques exérèses fusiformes simples.

Une fois le stage commencé, j’ai vite compris que cette formation dépassait largement l’objectif de la chirurgie dermatologique. Au cours de la semaine, nous avions des demi-journées au bloc avec différents dermatologues que nous assistions dans leurs interventions, permettant de voir plusieurs pratiques, et de commencer à opérer en étant bien encadré. J’ai enfin compris à cette occasion la technique de Mohs, pratiquée par le Dr Cogrel. Nous assurions aussi des demi- journées de consultations pré-opératoires.

Enfin, il fallait se lancer : des plages d’interventions nous étaient réservées, où nous étions alors autonomes. Mais la dermatologie interventionnelle ne se limite pas à la chirurgie. J’ai aussi appris à manipuler certains lasers (dépilatoire, C02, vasculaires), à faire des injections de toxine botulique pour traiter l’hyperhidrose ou la maladie de Hailey Hailey, et à réaliser des injections intra-lésionnelles (kenacort ou autre produit selon l’indication).

Bloc

En outre, qui dit exérèse chirurgicale dit oncologie, et les RCP très régulières auxquelles nous participions permettaient de se tenir à la page dans ce domaine.

Enfin, être interne dans le service de Bordeaux c’est aussi être au sein d’une école de dermatologie remarquablement complète et dynamique, et profiter de discussions médicales très didactiques lors des staffs qui ponctuent la semaine. Ce fut donc une belle façon de clore mon internat et je ne peux que recommander cette riche expérience !

Stages en structure libérale Retours d'expérience - Témoignages

Les stages en structure libérale se mettent en place et sont un des éléments inscrits dans la maquette. Réalisés à temps plein ou partagés entre structure libérale et service hospitalier, ils offrent un complément de formation et d’expérience pour votre cursus.

Stage partagé en structure libérale Témoignage

Portrait Antoine FOTTORINO


ECN 2018, Marseille

J’ai effectué un stage partagé entre le cabinet de dermatologie et le CHU de l’Hôpital Nord à Marseille en 5ème semestre, durant le semestre d’hiver.

J’ai ainsi pu réaliser 3 mois à temps complet dans un cabinet de dermatologie du nord de Marseille, suivi de 3 mois à temps complet dans le service de dermatologie du CHU. Nous avons tous trouvé que ce partage « en temps complet » était la meilleure solution, car cela a permis une réelle immersion, et donc l’acquisition de plus d’autonomie, plus rapidement. Il s’agissait d’un cabinet très bien équipé, avec 4 dermatologues, 2 infirmières et 5 secrétaires.

Tout d’abord j’ai pu me familiariser avec la pratique libérale : cotations, gestion des rendez-vous, etc…. J’ai fait connaissance avec la dermatologie esthétique (produits de comblement, toxine, fils tenseurs, mésothérapie, cryolipolyse, peeling…), jusqu’à présent jamais abordée dans mon cursus. J’ai pu étoffer mes connaissances théoriques et pratiques en dermatologie interventionnelle, que ce soit en chirurgie dermatologique ou à propos des lasers dermatologiques (IPL, CO2 continu, fractionné, Erbium, pigmentaire), en photothérapie, ionophérèse, etc…

J’ai beaucoup appris sur des pathologies moins fréquemment rencontrées au CHU lors de l’internat: dermatoses faciales, dermatoses pigmentaires notamment.

Je pense que ce stage a été dans l’ensemble bénéfique, que ce soit pour les dermatologues libéraux qui m’ont accueilli, pour moi-même, ainsi que pour les patients qui étaient pour la grande majorité enthousiastes à l’idée de participer à la formation d’un futur médecin.

En fin de stage, j’ai pu réaliser des consultations et actes en autonomie, sous supervision des médecins encadrant, ce qui était un réel plus.

Au total, je ressors très satisfait de cette expérience et la recommande à tous les internes de dermatologie, notamment ceux intéressés par le côté interventionnel de la spécialité.

Stage partagé en cabinet de dermatologie libérale Témoignage

Portrait Shannon BRUTSAERT


ECN 2017, Marseille

J’ai effectué un stage partagé entre un cabinet de dermatologie libérale et le CHU de Marseille en 5ème semestre. Je me rendais au CHU 3 jours par semaine (les lundi, mardi et mercredi) et au cabinet le reste de la semaine.

Cette expérience a été enrichissante car elle m’a permis de découvrir une pratique différente, peut-être plus proche de celle que j’exercerai plus tard. Elle m’a permis en effet d’appréhender des pathologies du quotidien, pas forcément vues en CHU. Beaucoup de patients consultaient pour « dépistage ». Cela permet d’apprendre à reconnaitre les lésions bénignes qui ne doivent pas inquiéter. J’ai surtout le sentiment d’avoir progressé dans le dépistage des lésions tumorales et notamment en dermoscopie, le cabinet étant équipé d’un Fotofinder.

J’ai également appris à installer un patient en cabine de photothérapie et les différentes indications des UVA et UVB.

J’ai pu par ailleurs assister à des consultations de dermatologie esthétique (injections de toxine botulique, produit de comblement, peeling, sclérose de varicosités). La demande étant grande, je pense qu’il est judicieux d’avoir cette expérience pour renseigner au mieux les patients, même si on n’en pratique pas soi-même. Mes maitres de stage se rendaient deux fois par semaine dans une plateforme laser et m’ont permis de mieux comprendre les indications des différents lasers.

Ce stage libéral m’a permis de me familiariser avec la gestion du cabinet et notamment avec les cotations CCAM.

En somme, ce stage m’a apporté un complément à la formation délivrée par le CHU et m’a permis d’aborder la dermatologie esthétique (dont l’utilisation des lasers) et la gestion du cabinet.

Retour d’expérience
sur les demi-journées en libéral
avec un Maître de Stage Universitaire (MSU), au CHU de Lille
Témoignages

Portraits


ECN 2017, Lille

Depuis Novembre 2020, en tant que Dr Junior en Dermatologie au CHU de Lille, nous avons la chance de bénéficier de 2 demi-journées par semaine en cabinet libéral avec un MSU. Ce stage a pu être mis en place grâce au soutien de nos Professeurs, de l’ARS, et par la coopération avec les dermatologues libéraux. Il existe 2 postes de Dr Junior au CHU ce qui permet à 2 internes par semestre d’y avoir accès.

Le point de vue de Claire Le Calvé :

Pour ma part, je consulte avec le Dr Delesalle Franck.

Le cabinet se trouve à 20 minutes du CHRU de Lille ce qui est très pratique.

La 1ère demi-journée comporte des consultations : suivi, nouveaux patients, quelques séances de photothérapie dynamique et gestes chirurgicaux simples. Durant l’autre demi-journée, nous réalisons des chirurgies plus complexes (lambeaux etc) à 4 mains ce qui me permet de progresser grâce à de précieux conseils pratiques et théoriques communiqués lors de chaque geste. Cela est bénéfique pour les 2 parties avec une aide opératoire pour le sénior, et la possibilité de pouvoir opérer en toute sécurité pour l’interne.

Nous réalisons également des séances de laser vasculaire en fin de matinée. Cela me permet de me familiariser avec l’utilisation du laser vasculaire, ses indications et ses paramètres.

Le cabinet dispose également d’un Fotofinder, ce qui me permet d’améliorer mes compétences en dermoscopie car il permet d’analyser ensemble l’image dermoscopique ou d’en rediscuter à distance si le cas est intéressant ou typique.

Le point de vue d’Adrien Bassompierre :

De mon côté je consulte auprès du Dr Catherine Claye, dans son cabinet à une distance similaire.

Les demi-journées sont variées, dans le cadre d’une consultation générale : dépistage, suivi, petite chirurgie ainsi qu’une large place à des créneaux d’urgence à la demande du médecin traitant. Ces moments me permettent d’observer afin de toujours trouver de meilleurs mots pour expliquer au mieux une pathologie ou un traitement au patient et aux prochains ; d’échanger directement lors de la réflexion diagnostique et thérapeutique ; de s’exercer sous un œil bienveillant lors de gestes divers ; de bénéficier d’une quantité d’astuces, fruits de l’expérience et de la passion pour le plus beau des métiers.

Les points communs

Ce temps permet aussi de comprendre le fonctionnement de la dermatologie en libéral, la gestion du personnel [secrétaire, agent de surface], la gestion des commandes de matériel, les cotations CCAM, la comptabilité et les charges. Cela nous prépare à éventuellement remplacer en libéral.

Il est très agréable d’associer stage au CHU et en libéral car cela permet d’appréhender différents types de patients avec des demandes différentes, tout en gardant les avantages d’être en stage au CHU (accès à des avis spécialisés, aux formations universitaires, aux staffs, aux consultations spécialisées de dermatologie).

Au total :

Ce temps d’échange est une véritable chance, entre un dermatologue expérimenté et un interne en fin de formation, qui partagent ainsi connaissances, nouvelles recommandations et interrogations.

Nous sommes très satisfaits d’avoir pu inaugurer ce projet ! Il s’agit d’une très bonne initiative qu’il faut poursuivre et développer !

PRÉCÉDENT RETOUR AU SOMMAIRE SUIVANT