menu sommaire
MENU FERMER SOMMAIRE

Newsletter 2020
des Juniors en Dermatologie

ACCUEIL

Votre formation …et des stages

Votre formation est complétée lors des stages effectués dans les CHU et dans certains services hors CHU en périphérie.

L’organisation locale et régionale est assurée par les coordinateurs correspondants. Ils pourront vous conseiller pour vos choix en fonction des spécificités des services.

Vous serez encadrés pendant vos stages par les « seniors » des services de Dermatologie.

Réforme et nouvelles régions

Avec la réforme et les nouvelles régions françaises, les regroupements ont changé et de nouvelles commissions sont en train de se mettre en place.

Divisions et créations de régions, changement de noms :

JO : Arrêté du 18 septembre 2017 portant détermination des régions et subdivisions du troisième cycle des études de médecine.

  • Nord
    devient Hauts-de-France (Lille, Amiens) et Normandie (Rouen, Caen)
  • Ouest
    devient Pays de la Loire (Nantes, Angers), Bretagne (Brest, Rennes), Centre-Val de Loire (Tours) et Poitiers rejoint Nouvelle-Aquitaine
  • Sud-Ouest
    devient Nouvelle-Aquitaine (Bordeaux, Poitiers, Limoges) en perdant Antilles-Guyanne qui devient une région, en intégrant Poitiers et Limoges et en perdant Toulouse
  • Sud-Est
    devient Provence-Alpes-Côte d'Azur/Corse (Marseille, Nice) en perdant Montpellier-Nîmes
  • Occitanie
    Création de la région à partir de Montpellier-Nîmes et Toulouse
  • Grand Est
    en Bourgogne-Franche-Comté (Dijon, Besançon) et Grand Est (Strasbourg, Reims, Nancy)

Les services agréés DES de Dermatologie

Liste des coordinateurs régionaux et inter-régionaux

carte stages

Pour tout savoir sur les spécificités des stages de Dermatologie en CHU une carte interactive a été mise en place.

Visitez-la, explorez-la : ceci pourra vous aider pour guider vos choix actuels et futurs et pour connaître des correspondants potentiels à contacter pour échanger et pour leur expertise..

Consulter la carte

Stage inter-CHU, pourquoi pas moi ? Votre formation et des stages

Un INTER-CHU, des INTER-CHU

Dès votre internat, vous avez la possibilité de « bouger ». Ces stages peuvent se faire au sein de votre région (échange à « coût nul »), entre deux régions ou en outre-mer, voire à l’étranger. Bouger est une belle opportunité pour enrichir ses connaissances et sa pratique, et est parfois nécessaire si vous voulez vous former dans une thématique particulière qui est moins développée dans votre CHU.

Consultez la carte des spécificités et des expertises des services, maintenant disponible sur le site du CEDEF pour vous aider à cibler vos demandes et à guider vos projets.

L’inter-CHU Témoignage, une expérience riche et indispensable au cours de l’internat

Portrait Camille VERMERSCH


ECN 2016, CHU de Tours
Un inter-CHU en cours au CHU Ambroise Paré à Boulogne

Pourquoi ?

Cela peut être dans l’optique de se former dans un domaine quand cela n’est pas possible dans votre région (chirurgie dermatologique, allergologie, Dermatologie pédiatrique…).

Un stage dans une autre région permet également de varier les terrains de stage. Vous rencontrerez des pratiques différentes, tant du fait des moyens disponibles (centre de référence hyper spécialisé ou service de Dermatologie polyvalent) que de la démographie médicale et du type de population (âge, origine géographique, culture). Cette variété est très formatrice et développe les capacités d’adaptation !

C’est par ailleurs une expérience personnelle formidable du fait des rencontres et de la découverte d’une nouvelle région.

Comment faire ?

Il est conseillé de débuter les démarches assez tôt (environ 10 mois avant le début du semestre).

La première étape est de demander l'accord du chef de service du service qui va vous accueillir.

Pour constituer le dossier, il vous faudra ensuite l'accord du coordonnateur de DES de votre région et de la région d'accueil, des directeurs hospitaliers des deux régions, du doyen de votre université ainsi qu’une lettre de motivation mettant en avant ce que le stage apportera à votre formation… (la liste des documents nécessaires vous sera fournie par les affaires médicales de votre CHU).

Une commission dans votre région décidera ensuite de financer ou non votre stage : le classement des dossiers se fait selon une grille de points incluant le projet pédagogique, votre futur dans votre région (post-internat), les publications scientifiques, un éventuel master 2 ou la participation associative…

Si vous souhaitez effectuer votre inter-CHU à Paris, il vous faudra également adresser votre dossier complet au bureau des internes pour qu’il soit présenté et accepté en commission médicale d’établissement.

Les démarches administratives sont vite oubliées une fois le stage commencé ! Tant pour la formation que pour l'ouverture d'esprit, je vous conseille grandement l'expérience de l'inter-CHU.

Des inter-CHU pas comme les autres Témoignage, et pourquoi pas un inter-CHU hors métropole ?

Portrait Sarah VENTEJOU


ECN 2014, CCA Lausanne
Un inter-CHU au CHU de Saint-Denis à La Réunion en 5ème semestre

La Réunion

Je suis partie à la Réunion en inter-CHU faire mon 5e semestre de Dermatologie dans le service des Dr Bagny et Osdoit.

Pourquoi partir ?

Pour apprendre surtout ! Quand on n’est pas dans son CHU on change de routine : cela permet de voir sa spécialité sous un autre œil et c’est stimulant ! La prévalence de certaines pathologies infectieuses (diphtérie cutanée, rickettsioses, mycoses variées) ou génodermatoses (albinisme, xeroderma pigmentosum) n’est pas la même qu’en métropole.

Le DES de Dermatologie à Saint-Denis est associé à celui de Médecine interne, ce qui permet de suivre des patients de façon multidisciplinaire (connectivites, maladies inflammatoires, auto-immunes). Il y a aussi des consultations conjointes avec des pédiatres, des chirurgiens. Ce sont également les dermatologues du CHU de La Réunion qui assurent le suivi des patients à Mayotte via des missions trimestrielles. Je suis partie car j’étais intéressée par les pathologies infectieuses et la sémiologie dermatologique sur phototypes foncés et finalement je suis revenue avec un travail de thèse sur les patients atteints de xeroderma pigmentosum !

Comment se préparer ?

Un inter-CHU dans les DOM ne veut pas dire farniente ! J’ai appris que la culture, les valeurs et habitudes des patients sont différents, ce qui peut influencer leur vécu de la maladie et la demande de soins. Cela fait réfléchir sur notre pratique aussi. Cela permet de rencontrer d’autres dermatologues, médecins et internes et mais aussi de découvrir un département époustouflant ! C’est un semestre qui reste marquant dans mon cursus.

L’inter-CHU en Guyane Témoignage

Portrait Alice MOUCHARD


ECN 2016, Tours
Un inter-CHU en Antilles-Guyane

La Réunion

Pourquoi ?

La raison principale m'ayant amenée à réaliser mon 5ème semestre de Dermatologie en Guyane ? Mettre en pratique les cours du DIU de Dermatologie infectieuse et tropicale !

Quelle expérience ?

Le service de Dermatologie du centre hospitalier Andrée-Rosemon est essentiellement axé sur l'Infectiologie tropicale et la peau noire. Les pathologies rencontrées sont très diverses ; en consultation : mycoses diverses, gale, leishmaniose, myase furonculoïde, plaies chroniques, chéloïdes et plusieurs cas de lèpre…

En hospitalisation, ostéites chez diabétiques ou artériopathes, dermohypodermites, infections opportunistes chez des patients VIH en rupture de suivi.

Comment se préparer ?

La population de Guyane est très cosmopolite : Haïtiens, Brésiliens, Surinamais, Dominicains, Créoles, Bushinengésm… (Il vous sera utile de manier plusieurs langues !). L'accès aux soins est loin d'être évident pour tous, ne serait-ce qu'acheter des médicaments, des pansements ou payer une infirmière.

Le rapport culturel à la médecine est différent et de nombreux patients ont recours à des "remèdes créoles" avant de consulter ce qui modifie la sémiologie des lésions ; le taux d'humidité important rend toute plaie susceptible de s'infecter… On apprend à s'adapter !

La Guyane, c'est aussi un territoire recouvert à 95 % de forêt avec une biodiversité impressionnante. A tout point de vue cet inter-CHU permet d'ouvrir les yeux !

Retour d’expérience sur mon stage en cabinet de dermatologie libérale Témoignage

Portrait Lucile SEMERIA


ECN 2016, Amiens

J’ai effectué un stage partagé entre le cabinet de dermatologie libérale et le CHU d'Amiens en 6ème semestre, soit en fin de 3ème année, pendant le semestre d’été.

L’organisation du stage était de deux journées par semaine, le mardi et le jeudi, en cabinet libéral et le reste du temps au CHU, et ce pendant 6mois. Changer de terrain de stage dans la semaine n’a pas du tout été une contrainte au contraire, le cabinet libéral étant plus proche de mon domicile, je pouvais même me permettre d’y aller à vélo, et cela rendait les semaines variées et pas du tout monotones.

Cette expérience a été très enrichissante. Le stage en cabinet libéral, m’a permis de découvrir la gestion d’un cabinet de groupe, avec la présence de deux dermatologues, un chirurgien plasticien, deux secrétaires et deux infirmières. Autant d’activités très variées (consultation médicale, chirurgicale, consultations pansements par IDE, et photothérapie) que j’ai pu suivre en condition de pratique réelle. J’ai pu mieux appréhender la pathologie quotidienne dermatologique ainsi qu’une pratique laser, esthétique et de dermatologie chirurgicale renforcée avec des demi-journées entièrement dédiées. J’ai pu participer et aider aux actes chirurgicaux en tant qu’aide opératoire. J’ai appris à manipuler les différents lasers du cabinet, et mieux comprendre leurs indications. J’ai pu assister à nombreuses consultations de dermatologie esthétique, avec injections de toxine botulique, produit de comblement, peeling, et même cryolipolyse, différente de la pratique de dermatologie esthétique dans mon CHU. Pendant les temps de consultations à de nombreux moments nous adoptions une méthode de travail en binôme, nous partageant les taches d’examen clinique et de remplissage du dossier médical. J’ai pu aussi mieux me familiariser avec la gestion de la carte vitale et les cotations CCAM. J’ai plusieurs fois participé activement aux diagnostics et aux quelques fois aux décisions thérapeutiques, sans que cela ne compromette l’avis du dermatologue que j’assistais.

Les patients d’ailleurs semblaient apprécier la présence de l’interne, et je n’ai pas le souvenir d’avoir eu une seule fois un refus ou une réticence de la part des patients à être examiné par un(e) interne.

Au total ce stage a été très satisfaisant créant un « coupure » dans le rythme parfois stressant du CHU, avec une observation de prise en charge de pathologies dermatologiques générales mais également plus spécialisée notamment en esthétique, différente de celle du CHU.

Consulter la charte des stages ambulatoires

RETOUR AU SOMMAIRE