menu sommaire
MENU FERMER SOMMAIRE

Newsletter 2020
des Juniors en Dermatologie

ACCUEILcours

Des inter-CHU pas comme les autres Témoignage, et pourquoi pas un inter-CHU hors métropole ?

Portrait Sarah VENTEJOU


ECN 2014, CCA Lausanne
Un inter-CHU au CHU de Saint-Denis à La Réunion en 5ème semestre

La Réunion

Je suis partie à la Réunion en inter-CHU faire mon 5e semestre de Dermatologie dans le service des Dr Bagny et Osdoit.

Pourquoi partir ?

Pour apprendre surtout ! Quand on n’est pas dans son CHU on change de routine : cela permet de voir sa spécialité sous un autre œil et c’est stimulant ! La prévalence de certaines pathologies infectieuses (diphtérie cutanée, rickettsioses, mycoses variées) ou génodermatoses (albinisme, xeroderma pigmentosum) n’est pas la même qu’en métropole.

Le DES de Dermatologie à Saint-Denis est associé à celui de Médecine interne, ce qui permet de suivre des patients de façon multidisciplinaire (connectivites, maladies inflammatoires, auto-immunes). Il y a aussi des consultations conjointes avec des pédiatres, des chirurgiens. Ce sont également les dermatologues du CHU de La Réunion qui assurent le suivi des patients à Mayotte via des missions trimestrielles. Je suis partie car j’étais intéressée par les pathologies infectieuses et la sémiologie dermatologique sur phototypes foncés et finalement je suis revenue avec un travail de thèse sur les patients atteints de xeroderma pigmentosum !

Comment se préparer ?

Un inter-CHU dans les DOM ne veut pas dire farniente ! J’ai appris que la culture, les valeurs et habitudes des patients sont différents, ce qui peut influencer leur vécu de la maladie et la demande de soins. Cela fait réfléchir sur notre pratique aussi. Cela permet de rencontrer d’autres dermatologues, médecins et internes et mais aussi de découvrir un département époustouflant ! C’est un semestre qui reste marquant dans mon cursus.

L’inter-CHU en Guyane Témoignage

Portrait Alice MOUCHARD


ECN 2016, Tours
Un inter-CHU en Antilles-Guyane

La Réunion

Pourquoi ?

La raison principale m'ayant amenée à réaliser mon 5ème semestre de Dermatologie en Guyane ? Mettre en pratique les cours du DIU de Dermatologie infectieuse et tropicale !

Quelle expérience ?

Le service de Dermatologie du centre hospitalier Andrée-Rosemon est essentiellement axé sur l'Infectiologie tropicale et la peau noire. Les pathologies rencontrées sont très diverses ; en consultation : mycoses diverses, gale, leishmaniose, myase furonculoïde, plaies chroniques, chéloïdes et plusieurs cas de lèpre…

En hospitalisation, ostéites chez diabétiques ou artériopathes, dermohypodermites, infections opportunistes chez des patients VIH en rupture de suivi.

Comment se préparer ?

La population de Guyane est très cosmopolite : Haïtiens, Brésiliens, Surinamais, Dominicains, Créoles, Bushinengésm… (Il vous sera utile de manier plusieurs langues !). L'accès aux soins est loin d'être évident pour tous, ne serait-ce qu'acheter des médicaments, des pansements ou payer une infirmière.

Le rapport culturel à la médecine est différent et de nombreux patients ont recours à des "remèdes créoles" avant de consulter ce qui modifie la sémiologie des lésions ; le taux d'humidité important rend toute plaie susceptible de s'infecter… On apprend à s'adapter !

La Guyane, c'est aussi un territoire recouvert à 95 % de forêt avec une biodiversité impressionnante. A tout point de vue cet inter-CHU permet d'ouvrir les yeux !

RETOUR AU SOMMAIRE