SOMMAIRE

Newsletter 2019
des juniors en dermatologie

Accueil > recherche

La recherche Pendant l'internat et après

Des bourses et des prix pour vous aider

Bourses annuelles de la SFD pour le soutien à la formation à la Recherche en Dermatologie 2019.

La SFD attribue annuellement

  • 8 financements de Master 2 Recherche de 25.000 € brut avec le soutien des Laboratoires Lilly, Novartis, Sanofi et Celgène
  • 2 financements de Doctorat de 30.000 € brut chacun dont 1 avec le soutien de Novartis
  • 1 financement de Post-doctorat de 40.000 €
  • 1 bourse de mobilité à l’étranger (55 000 €/12 mois ou 25 000 €/6 mois)

Selon les demandes ou la qualité des dossiers, le comité des bourses pourra être amené à redistribuer entre les différents types de demandes tout en gardant le même financement global.

Date limite de dépôt de dossier : 31 mars 2019 minuit
Contact : Pr Thierry PASSERON

Consultez la page des bourses de la SFD

Résultat comité des bourses 2018

Demandeur Type de demande Structure Responsable encadrement Titre Rapporteur Montant Attributions laboratoires
Florence ASSAN M2 UMR INSERM 1163 Alain HOVNANIAN Nouveaux gènes impliqués dans les formes monogéniques de psoriasis en plaques et pustuleus Thierry PASSERON 25 000 € LILLY
Jessica BEAZIZ M2 Laboratory of Inflammatory Skin Diseases at the Icahn School of Medicine Emma GUTTMAN-YASSKY Détermination de biomarqueurs non invasifs dans la dermatite atopique pédiatrique Delphine STAUMONT 25 000 € SANOFI
Jason SHOURICK M2 EA EpiDermE Khaled EZZEDINE Création d’un outil d’aide à la décision médicale partagée dans le vitiligo Thierry PASSERON 25 000 € CELGÈNE
Floriane KOUBY M2 Service de dermatologie Hôpital Henri Mondor Olivier CHOSIDOW Rôle et origine des streptocoques béta-hémolytiques au cours des Fasciites mono- ou – pluri- microbiennes : étude du portage des Fasciites mono- ou pluri- microbiennes : étude du portage Jean-David BOUAZIZ 25 000 € NOVARTIS
Sophie LALEVÉE M2 IMRB Institut Mondor de Recherche Biomédicale INSERM U955 Équipe 16 HUE Etude de la voie IL-33 dans les toxidermies sévères de type pustulose exanthématique aiguë généralisée (PEAG), et nécrolyse épidermique (syndrome de Stevens-Johnson et nécrolyse épidermique toxique). Jean-David BOUAZIZ 25 000 € LILLY
Gabrielle SONIGO M2 Université PARIS VII, Hopital Saint Louis INSERM U976 Armand BENSUSSAN Activation de la réponse immunitaire antitumorale par blocage du récepteur CD39 dans le syndrome de Sézary Thierry PASSERON 25 000 € NOVARTIS
Adrien SANCHEZ M2 CNR des IST bactériennes, institut Cochin, U1016, Equipe F. Batteux Nicolas DUPIN Exploration des bases génétiques de la résistance de Treponema pallidum pallidum à la doxycycline Laurence FARDET SFD

Jacques ROUANET Thèse UMR1240 INSERM/Université Clermont Auvergne F. DEGOUL Impact sur l’immunité antitumorale de la radiothérapie interne vectorisée du mélanome associée aux inhibiteurs de checkpoints immunitaires Caroline GAUDY 30 000 € SFD
François CHASSET Thèse / mobilité Unité d’Immunologie Clinique Pr Carlo CHIZZOLINI Signatures géniques interféron, neutrophile et plasmablaste dans le lupus érythémateux systémique (LES) : données issues de l’étude de la cohorte Suisse du LES Jean-David BOUAZIZ 55 000 € SFD
Marie TAUBER Thèse Unité Différenciation Epithéliale et Auto-immunité Rhumatoïde, U1056 Inserm Nicolas GAUDENZIO erveuses sensitives nociceptives, facteur régulateur clé de la réponse immunitaire de type 2 dans la dermatite atopique Selim ARACTINGI 30 000€ SFD

Anne-Sophie DARRIGADE Mobilité Cliniques universitaires SaintLuc/service de dermatologie Marie BAËCK Analyse des spécificités cellulaires et moléculaires de l’eczéma de contact en fonction du mécanisme réactionnel de l’allergène Delphine STAUMONT 15 000 € SFD

Les lauréats 2018 du comité des bourses de recherche de la SFD

Faire de la recherche après ou pendant son internat
Choisir une thématique : les IST

Témoignage

Portrait d'Adrien SANCHEZ


ECN 2015, Nice

M2 à l'Institut Cochin de Paris
Boursier comité des bourses SFD

Pourquoi est-ce important de choisir une thématique dans le milieu de la Dermatologie ?

Logo Institut Cochin

Interne niçois en dermatologie-vénéréologie, je suis particulièrement intéressé par la seconde partie de notre diplôme que l'on a tendance à oublier dans notre pratique de tous les jours : la VÉNÉRÉOLOGIE ! En effet j'ai essentiellement choisi la dermatologie pour me spécialiser dans les IST et à terme travailler dans les CeGIDD qui ont remplacé les CDAG depuis 2016. C'est une discipline peu appréciée des étudiants en général alors qu'elle est riche d'enseignement certes scientifique mais aussi épidémiologique avec l'antibiorésistance et permet aussi d'aborder les questions de santé sexuelle et d'évolution des pratiques à risque. Par ailleurs elle est enseigné annuellement lors d'un séminaire obligatoire de la maquette de notre DES.

Pour mener à terme ce projet j'ai réalisé tous mes stages libres en maladies infectieuses au CHU de Nice et à Fréjus. J'ai également réalisé le DIU de dermatologie infectieuse et tropicale (Pr CHOSIDOW et Pr CAUMES) à Créteil car tout un module est dédié à l'étude des IST (actualités, épidémiologie, etc).

Je participe aussi régulièrement chaque année aux JDP à des FMC sur ces thématiques notamment le quizz. Je fais également parti de 2 groupes thématiques de la SFD : le groupe infectiologie dermatologique et IST (GRIDIST) et le groupe de pathologie de la muqueuse génitale afin d'avoir constamment des actualités sur ces sujets.

Je recommande aux internes de s'inscrire à un ou plusieurs groupes thématiques de la SFD selon votre domaine d'intérêt, l'inscription étant gratuite durant l'internat ! Et enfin je vais réaliser un interchu durant mon 7ème semestre dans le service de dermatologie-vénéréologie du Pr ARACTINGI à l'hôpital Cochin de Paris afin de participer aux consultations spécialisés de pathologie génitale et également au CeGIDD de l'hôtel Dieu n'ayant pas la possibilité d'avoir ce type de stage à Nice.

Les clés pour anticiper et bien choisir son master 2 recherche :

Pourquoi ?

Un master 2 est certes indispensable afin de poursuivre vers une carrière hospitalo universitaire mais elle est permet de mieux comprendre ce que finalement nous utilisons tous les jours car il faut savoir que les nouvelles thérapeutiques ou découvertes débouchent toujours de la recherche fondamentale préalable.

Cette année je suis déjà sur Paris puisque je réalise un master 2 dans le laboratoire de dermatologie de l'institut Cochin où est également situé le CNR des IST bactériennes à expertise syphilis (Pr Nicolas DUPIN). Je travaille actuellement sur l'étude du génotypage de résistance de Treponema pallidum à la doxycycline. J'ai choisi d'aller sur Paris pour faire mon master 2 afin de rester dans la même thématique des IST.

Comment m'y suis-je pris ?

J'ai tout d'abord consulté la carte interactive sur le site du CEDEF qui répertorie les différents laboratoires ayant des thématiques de recherche sur la peau (septembre de l'année précédant votre master). Je vous conseille vivement de l'utiliser si vous avez un sujet de recherche qui vous intéresse particulièrement. J'ai ensuite contacté en octobre mon directeur de recherche afin de montrer mon intérêt et mon souhait d'y réaliser mon master 2 recherche. Comme vous vous décalez d'un an soit pendant ou juste après votre internat vous n'êtes plus financé par votre CHU d'origine et vous devez alors trouver un financement. A partir de janvier c'est le moment de postuler à différentes bourses de recherche qu'elles soient généralistes (SFD, FRM, bourse année recherche de votre fac...) ou plus spécifique à un domaine particulier de la recherche. Pour ma part j'ai eu la bourse de la SFD. En général vous constituez un dossier avec projet de recherche, CV et lettre de motivation puis vous passez un oral. En juin/juillet vous savez si vous avez une bourse ou pas.

Il faut savoir que durant votre année de master vous retournez au début à la fac pour 2 à 3 mois de cours théoriques en lien avec votre sujet de recherche (pour ma part c'était un master de microbiologie). Les cours peuvent commencer en septembre/octobre ce qui est peu adapté puisque nous sommes encore en semestre d'été mais certains sont plus adaptés aux médecins et commencent en novembre. A savoir que vous pouvez très bien faire la partie théorique en France et le stage à l'étranger. A la fin de ces 3 mois vous passez des examens pour valider votre premier semestre de fac et à partir de janvier votre second semestre dédié au stage de laboratoire en lui même. A la fin de ce stage vous rédigez un mémoire que vous présentez lors d'un oral.

Quand réaliser son master 2 ?

Il n'y a pas de règle évidemment mais je conseille de le réaliser entre sa 3ème et sa 4ème année de DES afin d'avoir le temps d'anticiper ce que vous préférez dans la dermatologie et de commencer à se construire en tant qu'interne !

Bonne chance à vous et bon master 2 recherche !

Page du projet sur le site internet du FDD SFD

Master 2 Recherche : à l'étranger aussi

Témoignage

Photo d’Jessica BEAZIZ


ECN 2015, Paris

M2 aux Etats Unis au Mount Sinaï Hospital, New York

Biomarqueurs dans la dermatite atopique
Boursière du comité des bourses de la SFD 2018 (avec le soutien du laboratoire SANOFI)
Bourse Mobilité du CEDEF 2018

Comme beaucoup d’entre nous, je me suis posé la question de réaliser un Master 2 au cours de mon internat. En effet, une année dédiée à la recherche au milieu de mon internat me permettrait d’acquérir de nouvelles compétences scientifiques. En plus d’apprendre des techniques de laboratoires et de comprendre comment mener à bien un projet de recherche, cela me permettrait d’approfondir mes connaissances fondamentales des pathologies cutanées, ce qui serait également utile pour ma pratique clinique. J’avais apprécié mon stage de Master 1 réalisé en laboratoire à Montréal, j’ai donc eu envie de retenter l’expérience d’un stage à l’étranger dans le cadre du Master 2. Mon choix s’est porté sur les Etats Unis après avoir discuté avec d’autres internes ou chefs qui avaient eu l’occasion de réaliser un stage là-bas. Cette expérience ne pouvait que m’être bénéfique à la fois sur le plan personnel mais aussi professionnel. Elle me permettrait de travailler dans un laboratoire renommé, rencontrer de nouvelles personnes, améliorer mon niveau d’anglais (qui était très limité), et de découvrir une nouvelle culture.

La clé pour réaliser un stage de Master 2 Recherche à l’étranger est surtout de s’y prendre très en avance afin de pouvoir trouver un laboratoire d’accueil, définir un projet de recherche, faire les demandes de bourses, s’inscrire à un Master à la fac, et enfin (ce qui était le plus contraignant pour les USA)effectuer toutes les démarches nécessaires pour le Visa.

Pour ma part, j’ai commencé les démarches en septembre 2017, soit plus d’un an avant mon départ.

J’ai commencé par envoyer des mails à différents directeurs de laboratoire de recherche en Dermatologie à New York, en leur expliquant mon parcours et ma motivation à venir effectuer ce stage.

J’ai échangé avec le Pr Guttman-Yassky qui dirige le laboratoire de recherche en Dermatologie àl’Hôpital Mount Sinaï et qui a l’habitude d’accueillir de jeunes dermatologues étrangers pour réaliser des projets de recherche. Nous avons discuté par Skype du travail que j’allais effectuer pendant ces 6 mois, puis nous nous sommes rencontrées en France à l’occasion d’un congrès.

La deuxième étape importante est la demande de bourse. En effet, obtenir un financement est une étape quasi-obligatoire pour avoir un VISA pour les Etats Unis. De plus, la vie à NY (logement, nourriture…) est beaucoup plus chère qu’à Paris et l’obtention d’une bourse apporte une aide bienvenue.

Il peut être utile pour les plus têtes en l’air d’entre nous (dont je fais partie) de se mettre un rappel pour toutes les bourses possibles (SFD, Année Recherche, FRM, GPM, Bourses de Mobilité…) avec la date limite pour postuler afin de n’en manquer aucune. Pour les dossiers de bourses, il faut détailler son projet, faire la bibliographie, rédiger des lettres de motivation, et se constituer un CV.

Il faudra également trouver un master acceptant les mobilités à l’étranger. En ce qui me concerne j’ai suivi le Master BCPP mention Epithélium, proposé par la faculté Paris Diderot qui a l’avantage de commencer en Novembre (ce qui est pratique pour finir son semestre précédent).

Les démarches pour aller aux Etats Unis sont longues et difficiles mais ça en vaut vraiment la peine !

Dans le cadre de la procédure de VISA, il faut fournir des lettres de recommandations, passer plusieurs examens médicaux, passer un examen d’anglais (comme leTOEIC, mais je vous promet que c’est loin d’être insurmontable, et enfin prendre RDV à l’ambassade.

Je suis à New York depuis peu et le stage se passe très bien. J’ai été accueillie par une équipe très sympathique avec des personnes originaires des quatre coins du monde. Grâce à leur aide, j’ai commencé à réaliser mes premières manips dans le cadre de mon projet.

Je recommande à tous les internes qui souhaitent partir à l’étranger et en particulier aux Etats Unis de ne pas hésiter à se lancer,et de ne pas se laisser décourager par les démarches administratives ou la peur de parler anglais car finalement on s’y fait très vite et on ne le regrette pas !

N’hésitez pas à me contacter si vous avez besoin de conseils ; voici mon mail&nbs;: jessicabeaziz@hotmail.fr

Le projet sur Dermato-recherche.org

Mais où faire de la recherche en France ?

Le CEDEF, en collaboration avec la Société de Recherche en Dermatologie (SRD), a créé un mini-site accessible sur le site du CEDEF qui permet d’identifier sur une carte interactive, toutes les équipes de recherche en France, avec leurs thématiques, les contacts et les possibilités d’accueil M2 et Thèse.

Carte des laboratoires de Recherche

Prix du CEDEF : le prix Malpighi

Ce prix, soutenu par le Laboratoire La Roche Posay, récompense chaque année les 2 meilleurs articles écrits par des internes de Dermatologie (acceptés ou publiés lors de l’année d’évaluation du DES). Le jury est composé du bureau du CEDEF.

Date limite d’envoi du dossier : 1er juin 2019 - Contact : secretaire@cedef.org

Informations Les lauréats 2018

Autres prix

Bourse via la SFD

  • Bourse de participation à l'ESDR

Bourses et prix via la SRD

  • Bourses de participation au CARD
  • Prix SRD remis lors du CARD
    pour des projets de recherche scientifique dont 1 prix SRD Emergence (jeune chercheur < 35 ans)
  • 2 prix décernés par les laboratoires BIODERMA lors du CARD
    pour récompenser les meilleures communications orales et/ou affichées
  • 1 prix décerné par le centre de recherche LVMH lors du CARD
    pour récompenser un travail présenté au CARD
  • Prix Fondation La Roche Posay
    1 prix jeune chercheur et 2 prix récompensant des publications de recherche en Dermatologie.
  • Prix Grupper
    Léo Pharma récompense un article accepté ou publié lors de l'année en cours et signé par le demandeur, jeune clinicien ou chercheur de moins de 45 ans, dans le domaine de la Dermatologie, en recherche fondamentale ou en recherche clinique.

Se rendre sur le site du CEDEF

Site de la Société de Recherche en Dermatologie

À l'étranger aussi

Bourses d'aide à la mobilité du CEDEF

Chaque année le CEDEF propose d’attribuer trois bourses d'aide à la mobilité de 10 000 € chacune. Ces bourses ont pour but d'aider à la réalisation de la mobilité indispensable pour les carrières hospitalo-universitaires. Les candidats pouvant postuler sont les DES, CCA, PH, PHU ou MCU-PH en Dermatologie.

Date limite envoi du dossier : 1er mai 2019 - Contact : secretaire@cedef.org

3 dossiers retenus pour 2018

  • Jessica BEAZIZ (Master 2, Paris)
    Master 2 & Mobilité, Laboratoire Pr. Emma Guttman-Yassky, Mount Sinaï Hospital, New York. Détermination de biomarqueurs non invasifs dans la dermatite atopique pédiatrique.
  • François CHASSET (Thésard, Paris)
    Doctorat & Mobilité, Laboratoire Pr Carlo Chizzolini, Hôpitaux Universitaires de Genève, Genève. Enhanced immunophenotyping of SLE patients in Switzerland taking advantage of the Swiss SLE Cohort Study population.
  • Nausicaa MALISSEN (Thésard, Marseille)
    Doctorat & Mobilité, Laboratoire Pr Miriam Merad, Mount Sinaï Hospital, New York. Caractérisation fine des populations immunes circulantes et résidentes dans l’adénocarcinome bronchique au cours d’un traitement néo-adjuvant par anti-PD-1 selon la technique de CITE-seq.

Page bourses du site du CEDEF

RETOUR AU SOMMAIRE