SOMMAIRE

La newsletter des juniors en dermatologie

Éditorial La Newsletter Juniors 2017 est arrivée !

Pour la 3ème année, le Collège des Enseignants en Dermatologie de France (CEDEF) et la Société Française de Dermatologie (SFD) s'adressent à vous, internes en DES de Dermatologie, par cette newsletter, rendez-vous annuel pour les « juniors ».

Notre souhait est de vous faire connaître, de manière pratique et conviviale, toutes les possibilités offertes pendant l'internat qui pourront vous être utiles et enrichir votre cursus.

Vous trouverez des informations actualisées variées, allant des avantages du statut junior de la SFD, aux bourses, aux stages et séminaires organisés par le CEDEF. Nous voulons aussi vous faire connaître les actions de nos deux institutions pour la formation des internes de Dermatologie.

Vous pourrez consulter cette newsletter tout au long de l’année, en cliquant sur les différents liens, selon vos besoins et selon les questions que vous vous posez sur le site du CEDEF.

L’édition 2017 a été, comme les précédentes, conçue avec l’aide d’internes, qui apportent leur témoignage et partagent avec vous leur expérience. Les deux internes gagnantes du TOP 12 des Journées Dermatologiques de Paris vous ont préparé des quiz. N’hésitez pas à participer ! Quatre dermoscopes sont à gagner.

Bonne lecture et surtout tous nos vœux pour un internat épanoui dans le monde de la Dermatologie !

Marie BEYLOT-BARRY Past-Présidente du CEDEF

Pascal JOLY Président de la SFD

Nicolas DUPIN Président du CEDEF

Frédéric CAUX Président du Conseil Scientifique de la SFD et secrétaire du CEDEF

Brigitte ROY-GEFFROY Directeur Exécutif de la SFD

Les internes en dermatologie en 2017 Découvrez la carte des internes en France !

459 internes DES de Dermatologie en France en 2017.

Carte des internes en DES dermatologie de France

Juniors SFD Connaissez-vous vos avantages ?

Avantages Juniors-SFD

Les Avantages des juniors de la SFD

Depuis 2014, la SFD et le CEDEF offrent à TOUS les internes dès leur première année de DES, le statut d’adhérent Junior de la SFD avec tous les avantages offerts aux membres de la SFD.

Découvrez les avantages de la SFD

Comment se connecter à l'espace réservé aux membres sur le site de la SFD ?

Le point de vue des juniors Parcours de l'interne en Dermatologie

Photo de Laure DEQUIDT


Bordeaux, Promo ECN 2014
Inscrite en DESC de Cancérologie
Représente des internes DES de Dermatologie de Bordeaux

Bienvenue dans l'univers de la Dermatologie !

Spécialité dynamique d’une grande richesse où la sémiologie clinique est un atout diagnostique, vous pourrez vous perdre parfois, mais surtout vous apprendrez à la découvrir, de l’immunologie, à l’allergologie en passant par la cancérologie, la chirurgie et bien d’autres domaines. Spécialité complexe, à la fois en secteur libéral ou hospitalier, elle saura aussi vous surprendre.

Au cours de l’internat, vous allez acquérir de nombreuses connaissances, à la fois grâce à la passion de nos pairs dans les stages cliniques, mais également grâce aux supports mis en œuvre par le CEDEF et la SFD.

Participez aux séminaires organisés par le CEDEF : ils permettent d’approfondir vos connaissances et sont également un moment de convivialité entre co-internes !

N’hésitez pas à postuler aux cours européens de l’EADV et aux DU – DIU animés par des membres des groupes thématiques de la SFD et des enseignants du CEDEF.

De plus, la SFD propose dès votre internat un soutien à la recherche, cœur de la dynamique de notre spécialité.
Pensez-y !

Via le statut Junior SFD vous accéderez gratuitement à des revues scientifiques internationales en ligne et aux principaux congrès organisés par la SFD.

La nouvelle réforme s’appuiera sur 2 points : le e-learning et un renforcement de la participation à l’activité de consultations, tant hospitalière que libérale.

Saisissez ces atouts et devenez des passionnés de la dermatologie !

La boîte à outils de l'interne proposée par Laure DEQUIDT :

Télécharger la boîte à outils

Votre formation Théorique et pratique

Les séminaires CEDEF

Les séminaires du CEDEF

Les séminaires nationaux de formation théorique et pratique sont organisés par le CEDEF, selon un programme pédagogique national régulièrement actualisé.

L’objectif est de permettre à tous d’avoir accès à des enseignements spécifiques qui ne sont pas toujours réalisés dans les stages, c’est aussi un moment de rencontre entre internes de toute la France et enseignants en dehors du cadre des stages.

De nouveaux séminaires se préparent pour enrichir cette formation, certains en e-learning, comme le séminaire de dermato-pathologie réalisé par le Pr Bernard CRIBIER (Strasbourg) qui va être en ligne dès 2017.

Les séminaires du CEDEF

Le calendrier sur le site du CEDEF

Les séminaires du CEDEF sont une chance pour notre formation

Témoignage

Portrait de Marie Masson-Regnault


Toulouse, Promo ECN 2014

Organisés par le CEDEF depuis plusieurs années, ils sont faits POUR NOUS, pour nous permettre de suivre des enseignements spécifiques réalisés par nos chefs, nos professeurs et parfois avec l’intervention de dermatologues libéraux des groupes thématiques de la SFD…

Pour vous « mettre dans le(s) bain(s) », au cœur de la station d’Uriage, sont organisés chaque année, les séminaires Marc Larrègue, pour vous donner les bases de la sémiologie et de la thérapeutique en dermatologie. Pour vos beaux yeux, le CEDEF vous invitera à participer au séminaire sur les bases en dermoscopie à Lyon avec un enseignement interactif et ludique.

Les « fines lames » de la Dermatologie chirurgicale française vous feront découvrir les bases des gestes techniques quotidiens du dermatologue. Ce séminaire organisé à Bordeaux, retrace en théorie et en pratique, le pré-requis nécessaire pour réaliser vos premières exérèses et vous donne un aperçu de techniques plus avancées. Votre formation en dermatologie interventionnelle sera complétée par les séminaires de l’Académie de Dermatologie Esthétique et Correctrice (ADEC) et le séminaire LASER consacré aux gestes esthétiques organisé à Nice depuis 2016.

Pour vous rappeler qu’il n’y a pas que l’amour et la passion de la dermatologie qui peuvent se transmettre, vous serez conviés au séminaire des infections sexuellement transmissibles à l’hôpital Saint Louis de Paris. Et si, comme je l’espère, cela vous donne l’eau à la bouche, le séminaire des pathologies des muqueuses est fait pour vous. Of course, en plus d'acquérir de nouvelles connaissances dans ces différents domaines, le CEDEF vous offre la possibilité de perfectionner votre anglais médical au séminaire de Dijon.

Ces réunions vous permettront de :

  • Partager et d’échanger avec des internes de toute la France
  • Profiter de la logistique avec hébergements et/ou transports pris en charge pour la plupart des séminaires grâce au soutien de laboratoires aux côtés du CEDEF
  • saisir l’opportunité de rencontrer des référents hospitaliers mais aussi libéraux reconnus dans le monde de la dermatologie
  • découvrir vos seniors dans une ambiance différente de celle du CHU

Il est à noter que pour votre plus grand plaisir, 3 de ces séminaires (Dermatologie Chirurgicale, IST et ADEC 1) sont obligatoires dans la maquette du DES de Dermatologie- Vénéréologie.

Les limites : Pour certains de ces séminaires, les places sont limitées. Il faut donc être réactifs et consulter régulièrement le site du CEDEF pour être le premier à s’inscrire.

À VOS MARQUES, À VOS ORDINATEURS !!! POSTULEZ !!!

Le livret de l’interne

Le livret de l’interne conçu par le CEDEF définit la liste des connaissances et des compétences nécessaires à acquérir, le cursus en termes de stages, les séminaires recommandés et obligatoires et les critères de validation du DES.

Il a récemment été actualisé pour enrichir ces informations avec notamment, celles concernant le soutien à la recherche, les congrès conseillés et toutes les actions du CEDEF et de la SFD pour les internes.

Télécharger le Livret de l'interne

Des cours à l'étranger aussi…

D’autres séminaires sont organisés en Europe, n’hésitez pas à vous renseigner et à y participer. Ils sont régulièrement mis à jour sur le site du CEDEF.

Les cours de l’EADV

Le séminaire Euroderm Excellence

Le séminaire de l’EADO

Logo de l'EADV

Fostering courses de l’EADV

Témoignage

Photo de Julie Castagna


Besançon, Promo ECN 2014
DESC d'allergologie
Représentante des internes DES de Dermatologie à Besançon

Qu'est-ce que c'est ?

l'EADV est une association à but non lucratif qui met à disposition des internes des cours sur divers sujets, dispensés par des experts européens. Leur but est d'offrir un enseignement de qualité aussi bien théorique que pratique aux plus jeunes, tout en mettant à l'honneur des diversités inter-pays.

Pour qui ?

Ces cours concernent tous les internes en dermatologie, la sélection se faisant sur l'ancienneté, le curriculum vitae et le fait d'avoir ou non déjà participé à des cours (ceux n'ayant jamais participé ont plus de chance d'être sélectionnés). Inscrivez-vous !!!

Il y a très peu de français qui postulent et donc, même si vous êtes jeune avec un CV peu fourni, vous avez de grandes chances d’être pris !

Quels thèmes ?

Ils sont nombreux et variés, traitant aussi bien la chirurgie, l’esthétique, le laser, mais aussi les lymphomes cutanés, les pathologies inflammatoires, la pédiatrie, la trichoscopie, la dermatoscopie ou la cancérologie… tous vos sujets préférés pour apprendre ou se perfectionner dans une ambiance certes de travail mais avec beaucoup de bonne humeur.

In English please

Les cours sont dispensés en anglais, un niveau de base est requis (suffisant pour suivre et comprendre le cours) mais on ne nous demande pas d’être bilingues et l’avantage est qu’ils permettent également de se perfectionner en anglais, nous forçant à communiquer en anglais pour ceux, comme moi, qui ont beaucoup de difficultés !

De belles rencontres

Avec des internes venant de toute l’Europe et partageant tous l’envie d’échanger sur les expériences de l’internat dans chaque pays, mais aussi sur les diversités culturelles de chacun et sur l’actualité internationale. Ces cours sont donc aussi très enrichissants sur le plan culturel et personnel et des liens se créent. Cela donne une bonne occasion de voyager !

Quel financement ?

Ces cours sont gratuits, l’hébergement est pris en charge et une bourse de 400 € est remise aux membres EADV permettant de rembourser le transport et autres frais, ce qui est largement suffisant. L’inscription à l’EADV est de 50 € par an pour les juniors, ce qui est tout à fait raisonnable, avec pleins d’autres avantages dont l’abonnement au journal (JEADV). Depuis 2016, les internes de 3 ème et 4 ème année qui le souhaitent peuvent se voir offrir par la SFD le statut de junior de l’EADV. Tentez votre chance ! Il serait dommage de ne pas en profiter !

…et des stages

Votre formation est complétée lors des stages effectués dans le CHU et dans certains services hors CHU en périphérie.

L’organisation régionale et inter-régionale est assurée par les coordinateurs correspondants. Ils pourront vous conseiller pour vos choix en fonction des spécificités des services.

Vous serez encadrés pendant vos stages par les « seniors » des services de Dermatologie.

Les services agréés DES de Dermatologie

Liste des coordinateurs régionnaux et inter-régionnaux

Stage inter-CHU, pourquoi pas moi ?
UN INTER-CHU des INTER-CHU

Dès votre internat, vous avez la possibilité de « bouger ». Ces stages peuvent se faire au sein de votre région (échange à « coût nul »), entre deux régions ou en outre-mer voire à l’étranger.

Bouger est une belle opportunité pour enrichir ses connaissances et sa pratique, et est parfois nécessaire si vous voulez vous former dans une thématique particulière qui est moins développée dans votre CHU.

Une carte des spécificités et expertises des services sera bientôt disponible sur le site du CEDEF pour vous aider à cibler vos demandes et à guider vos projets.

Les Témoignages de Maxime, Émilien et Vivien illustrent ces expériences.

Un stage hors-CHU
Une belle opportunité au cours de son internat !

Témoignage

Portrait de Maxime Etienne


Brest, Promo ECN 2011
Inter-CHU à l'Institut Gustave ROUSSY (Pr Caroline ROBERT) pendant son internat

La possibilité de faire un stage inter-CHU est une formidable opportunité pour chaque interne de découvrir un autre service de dermatologie ailleurs en France.

Pour ma part, j’étais interne en dermatologie à Angers et j’ai eu le plaisir de faire mon dernier semestre dans le service du Pr Caroline ROBERT en onco-dermatologie à l’Institut Gustave ROUSSY à Villejuif. Ce semestre s’inscrivait dans mon souhait de me spécialiser en onco-dermatologie.

Faire un semestre en inter-CHU nécessite avant tout de s’y prendre tôt ! Au minimum 3 voire 4 semestres avant.

Dans un premier temps, vous devez en parler à votre chef de service pour lui expliquer votre démarche et le ou les lieux où vous souhaitez faire votre stage inter-CHU. Il ou elle contactera le chef de service du CHU d’accueil pour voir si le service peut vous recevoir (certains services de dermatologie sont parfois beaucoup sollicités).

Dans un second temps, vous devez contacter le bureau de l’internat de votre CHU au sein duquel il y a un membre qui s’occupe des stages inter-CHU. Il vous expliquera comment, en pratique, se déroule le processus d’attribution des stages inter-CHU. Vous pouvez aussi contacter les Affaires Médicales de votre CHU ou votre faculté de médecine d’origine pour vous informer des modalités administratives. Par exemple, à Angers, il existe une grille de points (doc. 1). Les points sont attribués selon votre CV (obtention d’un master 2, nombre de DU ou DIU, nombre de communications orales ou écrites, nombre d’articles publiés…). Connaître cette grille assez tôt au cours de mon internat m’a permis de savoir ce que je devais faire pour avoir un « bon » dossier. Mais il est important de savoir que le mode d’attribution des stages inter-CHU n’est pas le même partout ! Notez au passage que l’appui de votre chef de service est nécessaire (voire indispensable) pour faire un stage inter-CHU. Au final, pour le semestre où je souhaitais faire mon stage inter-CHU nous étions seulement 8 pour 10 places ainsi nous avons eu tous les 8 notre stage inter-CHU… Et oui, la réalité est souvent celle-ci, peu d’internes vont jusqu’au bout de leur démarche car il est vrai qu’il y a tout un dossier à faire avec des mails à envoyer à droite à gauche des accords écrits et signés de différentes personnes de votre CHU et du CHU d’accueil… ces démarches prennent un peu de temps mais ça vaut le coup ! À cela s’ajoute la problématique du logement dans la ville où vous souhaitez aller mais là aussi le bureau de l’internat de la ville où vous souhaitez aller peut vous aider à trouver une place à l’internat ou une sous location d’un interne qui part un semestre ailleurs.

Je n’ai pas parlé ici des échanges entre internes au sein d’une même subdivision (échanges HUGO pour la région Grand Ouest par exemple). Ils sont beaucoup plus simples et nécessitent, outre l’accord du chef de votre service et de celui qui vous accueille, de trouver quelqu’un avec qui faire cet échange.

Enfin, il existe la possibilité de faire un stage dans les DOM-TOM. La démarche est différente mais, là aussi, sous réserve de s’y prendre tôt et de quelques démarches administratives, il s’agit d’une belle opportunité au cours de son internat que ce soit sur le plan de la formation que sur le plan personnel. C’est l’Université de Bordeaux qui coordonne les demandes de stage dans les DOM-TOM.

En conclusion, si vous souhaitez faire un stage hors-CHU, prenez-vous-y tôt et n’ayez pas peur des démarches administratives car au final vous ne le regretterez pas !

Grille d’évaluation inter-CHU

Pièces justificatives demandées par le CHU d’Angers

L’échange d’internes inter-région

Témoignage

Photo d'Emilien Ezine


Caen, Promo ECN 2015
Inter-CHU dans le service du Pr Pascal JOLY à Rouen

Il existe depuis plusieurs années au sein de certaines inter-régions (Nord-G4, HUGO…), il s’agit d’un échange d’internes de la même spécialité, et du même semestre entre deux régions.

Comment faire ? Comment se préparer ? Comment cela se passe ? Pourquoi, qu’est-ce que l’on en retire ?

Comment faire :
Il faudra d’abord en parler à votre coordonnateur local et inter régional, qui pourra vous orienter sur la démarche spécifique à suivre au sein de votre inter-région, et permettra de vous mettre en relation avec un autre interne. Même spé, même semestre. En général il s’agit de remplir son dossier d’inter CHU, et de passer en commission, démarche qui sera plus facilement acceptée, car il s’agit d’un échange à coût nul (pas de perte d’argent pour les 2 CHU).

Comment se préparer :
Anticiper sa demande, au moins 6 mois à l’avance, afin de respecter les dates des commissions. Une fois qu’elle aura été acceptée, présentez-vous à votre CHU d’accueil afin de pouvoir « exister » administrativement (carte, code de prescription). N’oubliez pas de prévenir la liste de garde d’origine et celle d’accueil. Concernant les logements, plusieurs options : échange d’appartements, internat, colocation… n’hésitez pas à vous renseigner auprès du bureau de votre internat d’accueil. Les sites de la fac d’origine et d’accueil, ainsi que le site de l’ISNI (www.isni.fr) qui regroupe beaucoup de contacts, sont les trois principales mines d’informations.

Comment cela se passe :
Vous choisirez votre stage pour celui ou celle qui vous remplacera, comme si vous restiez. Ce n’est donc pas un poste en surnombre. Bien plus simple qu’un inter CHU classique, ce procédé offre des opportunités plus facilement et plus tôt dans votre cursus. Le plus difficile reste à trouver un interne dans l’autre région. Vous serez rémunéré par les deux CHU (le salaire principal par le CHU d’origine, les astreintes et gardes par le CHU d’accueil).

Pourquoi ? Qu’est-ce que l’on en retire ?
On n’en retire que du bon. Cela profite à tous : dynamiser la mobilité des internes au sein d’une inter-région, avec un terrain de stage élargi, en remplacement d’un stage de périphérie, et l’accès à un CHU plus tôt dans votre cursus. Vous profiterez d’un échange professionnel, technique et pratique dans cette logique d’hyperspécialisation au sein des interrégions. Ce dispositif pourra aussi faciliter des projets de travaux communs entre les deux CHU, et c’est aussi l’occasion pour vous de découvrir une nouvelle région.

En conclusion :
Bien plus simple d’accès, ouvrant de nombreuses possibilités, et parfaitement cohérent dans notre cursus dermatologique, il s’agit avant tout d’une expérience humaine et professionnelle enrichie, par laquelle on se donne un autre regard sur notre spécialité.

Des stages Outre-Mer sont aussi possibles et peuvent être utiles à votre formation

Témoignage

Portrait de Vivien Hebert


Rouen, Promo ECN 2012
Stage en Guadeloupe (Dr N. CORDEL)

La route depuis le début du cursus médical vers la fin de l’internat est souvent longue, mais c’est à vous d’en choisir la direction.

Notre formation laisse en général peu de place à des stages non conventionnels et pourtant l’inter-CHU dans les DOM-TOM représente une alternative parfaite à la réalisation d’un semestre dépaysant, enrichissant et haut en couleurs.

Certes, il permet de découvrir une autre région du monde mais avant tout une région française avec une histoire commune, mais une culture très différente. Les maladies et surtout les malades lui sont spécifiques. En dermatologie, on abordera volontiers les domaines de l’infectiologie tropicale et de l’auto-immunité et on délaissera un peu la cancérologie cutanée. Evidemment, tout cela se fera majoritairement sur peau noire et vous rentrerez avec un œil averti en métropole. Et croyez-moi, vous en tirerez rapidement bénéfice !

Pour cela, les conditions sont simples. Il faut un projet pédagogique sérieux et avoir validé au moins deux semestres au total. Les accords sont faciles à obtenir ; les hôpitaux d’accueil, qui financent eux-mêmes le semestre, étant en règle générale ravis de votre venue. Quelques inconvénients tout de même : préparez-vous à faire face à une montagne administrative et à envoyer quelques dizaines de mails.

On ne repart jamais perdant d’une expérience comme celle-ci et je finirai par cette phrase d’Hippolyte Taine qui illustre bien ce que j’ai pu en tirer "on voyage pour changer, non de lieu, mais d'idées ».

Il ne reste plus qu’à convaincre votre chef de service du bien-fondé de ce stage et à faire vos valises !

Partir à l'étranger pendant mon internat
Des expériences à la carte

Témoignage

Portrait de Marc Dumas


Paris, Promo ECN 2013
Stage en dermatopathologie à Turin

Quitter les habitudes de son CHU, découvrir un autre mode de fonctionnement ou une autre culture, pratiquer une autre langue… Cela ne vous a jamais traversé l’esprit ?

Lors de mon externat, j’ai eu la chance d’effectuer un échange Erasmus à Copenhague. Cela a été une expérience très enrichissante tant sur le plan de ma formation médicale que pour l’apprentissage de l’anglais. Ce fut aussi l’occasion de découvrir une autre culture. J’ai donc eu envie de renouveler cette expérience pendant mon internat et je suis parti faire de la dermatopathologie à Turin pendant 6 mois (Hôpital de Candiolo et Hôpital San Lazaro de Turin).

Effectuer un stage à l’étranger n’est pas toujours facile, peu d’échange existent déjà et il vous faudra potentiellement créer un accord de stage. Voici quelques éléments qui, j’espère, pourront vous aider :

  • Comment ?
    Votre coordinateur de DES est un bon interlocuteur qui pourra vous renseigner sur l’existence d’accords avec des services à l’étranger ou vous mettre en contact avec des internes ayant effectué des stages à l’étranger.
    Renseignez-vous auprès de vos PH, FFI étrangers ou étudiants Erasmus de vos services pour savoir s’ils connaissent des médecins ou des hôpitaux étrangers prêts à accueillir des internes.
    Ou encore dans le cadre d’un stage dans les DOM-TOM.

  • Quand ?
    Il n’y a pas vraiment de règles. Le milieu d’internat me semble le mieux. En effet, vous aurez déjà fait vos premiers pas en tant qu’interne en dermatologie, vous aurez peut-être besoin d’une pause ou de voir autre chose, et vous n’aurez pas encore commencé vos démarches de recherche de post-internat ou d’installation.

  • Quel pays ?
    Le mieux est de partir dans un pays dont vous maîtrisez la langue, c’est toujours plus simple pour créer un accord et quasi indispensable pour faire un stage clinique. Si vous ne parlez pas la langue du pays, il est généralement possible de se débrouiller en anglais dans un laboratoire (anatomopathologie ou de biologie moléculaire ou autre).

  • La maquette ?
    Pour valider ce stage dans votre parcours, parlez-en à votre coordinateur afin de l’intégrer à la maquette du DES. Ces échanges ne sont malheureusement pas toujours reconnus.

  • Financement ?
    Les stages à l’étranger ne sont pas toujours rémunérés. Renseignez-vous auprès de votre hôpital de rattachement s’il accepte de vous rémunérer comme lors d’inter-CHU, ou s’il existe des bourses. Il est toujours possible d’effectuer des remplacements avant de partir afin de financer votre séjour. Les démarches pour effectuer un stage à l’étranger peuvent se révéler difficiles mais vous ne regretterez probablement pas l’expérience.

Questions pratiques, les étapes et mon expérience
Pourquoi faire une thèse de sciences ?

Témoignage

Portrait de Charlotte HURABIELLE


Paris, Promo ECN 2011
Thèse aux Etats-Unis d'Amérique (Y. BELKAID, NIH, Washington)
Boursière SFD 2016 + bourse mobilité CEDEF 2016

Après la découverte de la recherche lors du M2, j’avais envie de poursuivre dans ce monde de découverte, où on se dit que petit à petit, on va trouver des pistes pour améliorer la compréhension des maladies, le traitement des patients, leur qualité de vie.

Même si on ne voit pas le résultat immédiatement, certains exemples de recherche allant d’une découverte de « bio fondamentale » jusqu’à l’apport d’une nouvelle thérapeutique donnent vraiment envie de participer à ce grand projet ! Ensuite c’est une étape indispensable si vous voulez faire une carrière hospitalo-universitaire.

Quand partir ?
Pour ma part, j’ai choisi de partir juste après la fin de l’internat. Cela permet d’avoir un socle de connaissances médicales déjà solide et d’avoir le recul médical suffisant pour comprendre ce que la recherche fondamentale va pouvoir apporter à la pratique clinique, ce qui aide aussi les autres doctorants/post doctorants du laboratoire d’accueil qui sont souvent des scientifiques « purs ».

Ensuite, c’est une période de la vie personnelle où c’est souvent encore relativement simple car peu de jeunes diplômés ont des enfants, ce qui facilite le départ (même si tout est faisable,une japonaise de mon laboratoire d’accueil est venue pendant 2 ans avec son mari et ses 4 enfants !!!).

Où partir ?
Pour ma part, j’avais très envie de partir à l’étranger ! Ça permet de découvrir un autre mode de fonctionnement, des nouvelles techniques, de réfléchir différemment, et de prendre des idées à l’étranger pour les « ramener à la maison » après ces 3 années de thèse ! Et puis ça permet d’apprendre l’anglais +++, ce qui est une vraie valeur ajoutée pour les communications en congrès, écrire des articles ou pour élaborer des collaborations internationales !

Comment faire ?
Règle numéro 1 : anticiper +++ Commencer à en discuter 1 an et demi en avance avec son chef de service me paraît être une bonne option parce qu’il y a de nombreuses étapes et vous allez avoir besoin de son aide pour chacune des étapes :

  • établir son projet professionnel et en discuter +++, choisir sa ou ses thématiques de recherche pour apporter de nouvelles compétences au laboratoire d’origine à son retour
  • choisir le labo : bien sûr cela dépend de ses thématiques d’intérêt et de la discussion avec son chef de service. Vous pourrez alors trouver un laboratoire dans ce domaine, et vérifier qu’ils ont les moyens financiers permettant la faisabilité du projet. Il faudra ensuite rentrer en contact avec le/les laboratoires sélectionnés en demandant des lettres de recommandation à votre mentor en France, écrire des lettres de motivation, éventuellement aller rencontrer directement le responsable du laboratoire visé à un congrès, et compléter tout cela par un entretien dans le laboratoire d’accueil ou par Skype. Rentrer en contact avec les post doc travaillant au labo demandé permet également de s’assurer de l’ambiance générale, d’évaluer le cadre de travail et d’avoir des conseils utiles pour les préparatifs de départ et les premiers jours dans le pays d’accueil.
  • demander des financements, parce qu’en général, le laboratoire d’accueil ne vous financera pas du tout (ou en tout cas pas au début), et que les écoles doctorales exigent un plan de financement précis pour votre thèse et enfin, la vie à l’étranger peut être (beaucoup) plus chère que la vie en France. Donc : faire de la biblio, écrire le projet, le faire relire et re-relire, puis adapter le format selon les différentes bourses demandées, écrire des lettres de motivation (marrant de se rendre compte qu’on en a quasiment jamais écrit dans sa vie par rapport à tous nos copains hors médecine !), remplir quantité de dossiers administratifs… il faut faire un bon calendrier avec toutes les deadline et encore une fois s’y prendre au plus tôt.

Les différents financements possibles pour les thèses sont :

  • des bourses de thèse : Société Française de Dermatologie, Fondation pour la Recherche Médicale, poste d’accueil INSERM (ou CNRS, Pasteur…), mécénat spécifique selon la thématique (ARC, Fondation de France, UniCancer), bourse de recherche d’organismes privés (La Roche Posay, bourse l’Oréal pour les femmes et la science pour la dernière année de thèse, fondation Groupe Pasteur Mutualité…), bourses spécifiques selon le pays visité (Fulbright pour les États-Unis, EADV Research Fellowship et Bourse Marie CURIE pour l’Europe par exemple), association de patients…
  • des bourses de mobilité : CEDEF, fondation René Touraine, Philippe Foundation (Etats-Unis)…
  • postuler à une école doctorale
  • éventuellement demander un visa selon le pays (vous reprendrez bien encore une petite dose d’administration ?)

Et puis… être prêt à s’adapter…

Après avoir passé toutes ces étapes, mon superviseur à Londres m’a finalement appris fin juillet qu’il abandonnait le monde académique pour partir dans le privé… Tout le projet s’effondre en 3 secondes… Mais là, pas question d’abandonner, l’idée de partir à l’étranger pour la thèse était déjà beaucoup trop installée, j’avais obtenu des financements suffisants pour partir pour 3 ans, alors je suis repartie dans la quête d’un autre labo ! Grâce à l’aide de ma chef de service, de mon directeur de labo en France, et des bons conseils de PU-PH et amis, c’est reparti pour les lettres de motivation, lettre de recommandation, Skype, visite de labo, et demande de visa parce que finalement je pars aux Etats-Unis !

Et finalement, je me suis rendu compte qu’on trouve toujours une solution quand on est persévérant, et c’est probablement une qualité utile en recherche !

Alors règle numéro 2 : ne jamais se décourager et garder le moral !!!

Et finalement : s’épanouir :)

Parce que la vie à l’étranger, peu d’internes l’ont vécue pendant les études de médecine, et c’est une expérience géniale ! Dépaysement, découverte d’une autre culture, rencontres, apprendre à se débrouiller dans des situations parfois cocasses avec la barrière de la langue initiale, et puis voir qu’on y arrive !


N’hésitez pas à me contacter si vous avez besoin ! par e-mail ou WhattsApp +1-202-255-9440.

La formation Ce sont aussi les congrès !

Bon à savoir

Les congrès ? Des bourses existent pour s'y rendre !

Parlez aux Congrès !

Des sessions spécialement dédiées aux internes

  • Journées Dermatologiques de Paris

    Cette session des JDP regroupe 12 cas cliniques remarquables présentés par des internes. Ils sont sélectionnés par les enseignants lors des séminaires inter-régionaux du DES de Dermatologie pour leur intérêt didactique et leur originalité. Au terme de cette session, les congressistes votent pour les 2 meilleures présentations qui recevront un prix de 1.000 €. Et les deux lauréats sont invités à rédiger les deux Quiz de la Newsletter Juniors

    Top 12 des juniors

Programme

La recherchePendant l'internat et après

Des bourses et des prix pour vous aider

Bourses annuelles de la SFD pour le soutien à la formation à la recherche en dermatologie 2017.

La SFD attribue annuellement à des dermatologues diplômés ou en fin de formation

  • 4 financements de Master 2 Recherche de 25.000 € chacun
  • 2 financements de Doctorat de 30.000 € chacun
  • 1 financement de Post-doctorat de 40.000 €
  • 1 bourse de mobilité à l'étranger pour HU (55.000 €/12 mois ou 25.000 €/6 mois) pour effectuer un stage de recherche expérimentale ou de recherche clinique.

Date limite de dépôt de dossier : 15 mars 2017 minuit

Consulter la page des bourses de la SFD

Découvrez les boursiers 2016

Master 2 Recherche :
Pourquoi ? Où ? Quand ? Comment ?

Témoignage

Portrait de Arnaud Jannic


Paris, Promo ECN 2012
Bourse SFD M2 2016
Équipe d’accueil Dynamyc (EA 7380), École nationale vétérinaire d’Alfort, Maisons Alfort

À la fin de mon 6ème semestre, au moment de réfléchir à « l’après » j’ai envisagé le Master 2 à la fin de mon internat, à la fois pour élargir mon domaine de connaissance et me permettre d’envisager une carrière hospitalo-universitaire. Dans le même temps, ma co-interne de l’époque m’a incité à participer au projet qu’elle avait mis en place pour son M2 et qu’elle poursuivrait en thèse de science : un modèle porcin de la gale développé à l’École Vétérinaire de Maisons-Alfort dans le but d’évaluer de nouvelles thérapeutiques. Le sujet, mêlant innovation scientifique, problématique et missions de santé publique m’intéressant j’en ai parlé à mon chef de service responsable du projet qui m’a proposé de travailler avec l’équipe de recherche l’année suivante.

La première étape a été de choisir le parcours de M2 le plus adapté au projet et de vérifier que j’avais validé les UE de M1 nécessaires. Cette année se prépare en amont avec la rédaction plus détaillée du projet dans l’optique des demandes de bourse (Société Française de Dermatologie dont je bénéficie, Année Recherche, FRM, etc. : échéances autour de mars-avril) : déjà du concret ! Avec l’aide de mes encadrants, cela m’a permis de mieux connaître et de commencer à m’approprier le sujet de recherche qui va être le mien, et d’en envisager les contraintes et les perspectives. En juin, j’ai passé un oral auprès du comité des bourses de la SFD où j’ai pu présenter mon projet lors d’un court exposé et répondre à des questions portant sur l’intérêt scientifique, les perspectives ou la faisabilité du projet. Les mois de mai et juin sont consacrés aux dossiers de candidatures dans le M2 choisi. Le fait d’avoir déjà un stage prévu et un projet de recherche identifié renforce grandement le dossier, même pour les M2 les plus sélectifs.

Mes cours de M2 de parasitologie/mycologie à l’Université Pierre & Marie Curie ont finalement débuté début novembre, immédiatement après mon dernier stage d’internat (attention certains cours de M2 commencent dès octobre, à anticiper). Les cours ont porté sur des sujets de méthodologie scientifique générale et sur des sujets de recherche plus spécifiques de biologie moléculaire et d’immunologie des agents parasitaires et mycosiques. Les bases acquises en deuxième cycle, les applications fréquentes en pratique quotidienne et les explications des intervenants habitués à enseigner à des étudiants aux profils variés permettent aux étudiants médecins de suivre et participer aisément aux cours. Le rythme des cours change beaucoup de la vie habituelle de l’interne en stage et j’ai trouvé très agréable de prendre le temps de s’intéresser à des aspects plus fondamentaux de pathologies que l’on aborde de façon pratique et presque mécanique en pratique quotidienne.

En plus de ces enseignements, les présentations de projets de recherche sur des domaines très différents, la confrontation des points de vue de cliniciens avec celui de scientifiques sont autant de facettes qui me permettront d’enrichir la partie pratique qui vient de débuter.

Les premiers jours au laboratoire sont l’occasion de prendre ses marques, de rencontrer les nombreux intervenants qui permettront de mener à bien le projet : animaliers, administratifs, autres chercheurs dont l’expérience et le regard extérieur pourront être nécessaires, et de mettre en place un calendrier détaillé afin d’identifier les éventuels contretemps matériels et démarrer les manipulations au plus vite.

Questions pratiques pour faire un Master 2 Recherche, Mon expérience

Témoignage

Portrait de Frédéric DEZOTEUX


Lille, Promo ECN 2013
Bourse SFD M2 2015
Unité INSERM 1011 (Pr STAELS), Lille

Peut-être vous posez-vous la question, pourquoi pas un Master 2 dans mon cursus d’interne ? Si vous êtes en possession d’un master 1, n’hésitez pas à vous lancer ! Le Master 2 que vous pouvez intercaler soit à mi-parcours, soit entre les 2 dernières années d’internat permet une pause au cours d’un internat chargé. Il ouvre la porte du monde scientifique et ses nombreux acteurs, tout en vous permettant de mettre le pied à l’étrier. Vous êtes acteur de votre projet à travers la réalisation des expériences qui composeront votre mémoire ! Vous découvrirez un monde parallèle très enrichissant et complémentaire de la clinique où vous apprendrez à mieux appréhender les publications scientifiques à travers du concret ! C’est également un excellent exercice de style de rédaction scientifique.

Le Master 2 est également un préambule nécessaire à la carrière universitaire. Sur le plan pratique, le mot-clé est l’anticipation. Les démarchent facultaires et pour l’obtention des bourses commencent tôt dans l’année (dates limites en février-mars). La SFD offre annuellement des bourses sur dossier pour vous aider à concrétiser votre projet, n’hésitez pas à vous référer aux liens ci-joints. Vos facultés respectives offrent également des bourses année recherche. Je vous encourage vivement à vous rapprocher de vos coordinateurs locaux souvent à la recherche d’étudiants motivés. Des offres de stage sont également disponibles sur le site du nouveau parcours de Master 2 « Biologie de la peau » coordonné par les Pr. Jean-François Nicolas et Jérôme Lamartine à Lyon, parcours particulièrement adapté aux internes souhaitant un enseignement concret en recherche dermatologique.

A titre personnel, faire un Master 2 était un choix personnel pour lequel j’avais réalisé mon Master 1 en 1 ère année d’internat, je souhaitais découvrir le monde de la recherche. J’ai pu participer à l’élaboration et la réflexion autour d’un projet motivant. J’ai pu être initié à de nombreuses techniques de laboratoire (cytométrie, PCR, ELISA, immunohistochimie, génotypage…). Cette expérience me permet aujourd’hui d’envisager une thèse au sein du même laboratoire où j’ai pu y nouer des liens scientifiques et d’amitié.

N’hésitez pas à me contacter si vous voulez davantage de détails par e-mail.

L’épidémiologie :
une option à considérer pour élargir le champ d’initiation à la recherche

Témoignage

Portrait de Guillaume Chaby


Amiens, Praticien Hospitalier CHU
Doctorat en pharmaco-épidémiologie

La réalisation d’un master 2 recherche représente une parenthèse enrichissante durant la carrière médicale, tant sur le plan professionnel que personnel, que l’on soit encore un jeune interne, déjà chef de clinique ou encore praticien hospitalier. Certains hésitent à se lancer en raison de faibles accointances pour la recherche fondamentale ou d’une certaine réticence pour les manipulations de tubes à essai, de pipettes ou d’instruments complexes en laboratoire qui inhibent l’envie de franchir le cap de l’inscription. Mais il existe bien d’autres voies qui permettent de s’initier à la recherche, en particulier celle de l’épidémiologie.

L’épidémiologie est un domaine vaste de la santé publique dont la principale finalité est d’améliorer la santé des populations grâce à une meilleure connaissance de la fréquence des pathologies et des déterminantes de leurs variations dans la population. Elle est nécessaire pour mesurer l’importance d’un problème de santé et soulever des hypothèses étiologiques (facteurs de risque), ou pour étudier les actions de prévention ou de traitement. Quels que soient leurs sujets de spécialisation, les travaux épidémiologiques, en ce qu’ils incarnent une discipline transversale, peuvent concerner tous les aspects de la dermatologie, cliniques et thérapeutiques et faire le lien entre ses différents domaines.

La pharmaco-épidémiologie est un domaine auquel je me suis formé à la faculté de Bordeaux, élargissant ainsi mes connaissances dans le domaine de l’évaluation thérapeutique. La pharmaco-épidémiologie consiste dans l’évaluation post-commercialisation de l’utilisation des médicaments (modalités d’utilisation, détection de mésusages, quantification des risques, détection de bénéfices inconnus initialement). Cette observation en vraie vie du médicament est reconnue comme un complément indispensable des essais cliniques dans l’évaluation thérapeutique.

Pour accéder aux connaissances des sciences de l’épidémiologie, je vous conseille de vous rapprocher des formations proposées par de nombreuses universités, regroupées principalement au sein des masters en santé publique, ou de ceux des méthodes en évaluation thérapeutique, et/ou de méthodologie et statistiques en recherche biomédicale.

Prix du CEDEF : Le prix malpighi

Ce prix, soutenu par le Laboratoire La Roche Posay, récompense chaque année les 2 meilleurs articles écrits par des internes de Dermatologie (acceptés ou publiés lors de l’année d’évaluation du DES). Le jury est composé du bureau du CEDEF.

Date limite d’envoi du dossier : 1er juin 2017 - Contact : secretaire@cedef.org

Découvrez les lauréats 2016

Autres prix : à l'étranger aussi

Bourses d'aide à la mobilité du CEDEF

Chaque année le CEDEF propose d’attribuer trois bourses d'aide à la mobilité de 10.000 € chacune. Ces bourses ont pour but d'aider à la réalisation de la mobilité indispensable pour les carrières hospitalo-universitaires. Les candidats pouvant postuler sont les DES, CCA, PH, PHU ou MCU-PH en Dermatologie.

Date limite envoi du dossier : 1er mai 2017 - Contact : secretaire@cedef.org

Se rendre sur le site du Cedef

Découvrez les lauréates 2016

Accéder au Témoignage de Charlotte HURABIELLE

Actualités

Inscription offerte à l'EADV !

Depuis l’année dernière, la SFD offre l’adhésion à l’EADV aux internes en 3ème et 4ème année de DES, Dermatologie, Juniors SFD. Renseignez- vous auprès du CEDEF et de la SFD et inscrivez-vous sur le site de l’EADV.

Se rendre sur le site de l'EADV

Séminaires CEDEF pour 2017

Nouveaux séminaires dès 2017 et en 2018

Autre séminaires

Dermatologues, un métier, des avenirs

Depuis deux ans, ce séminaire est organisé par le CEDEF et la FFFCEDV avec le soutien de La Roche Posay. Ouvert aux internes de début et de fin d’internat mais aussi aux jeunes « post-internes », c’est l’occasion de vous informer sur les différents modes d’exercice de la Dermatologie, (libérales, hospitalières, recherche, industrie) possibles après l’internat. Témoignages, échanges, ateliers « coaching » seront organisés.

Séminaire DMA

La nouvelle maquette du DES de Dermatologie

Elle sera mise en œuvre en 2017 dans le cadre de la réforme du 3ème cycle.

  • 2017 verra la mise en application de la réforme, et les internes issus du concours de l’ECN 2017 seront les 1ers étudiants à rentrer dans ce nouveau cycle.
  • Après plusieurs mois d’élaboration, la nouvelle maquette du DES de Dermatologie a été déposée en Septembre 2016 auprès du Ministère de l’Enseignement et de la Recherche. L’arrêté complétant le décret de mise en application de la réforme, paru en novembre est encore en attente.
  • Ce documents, comme le livret de l’interne actualisé en 2016, définissent les bases de l’apprentissage de notre spécialité ont été élaborés afin de s’adapter à la réforme qui modifie profondément le déroulé du 3ème cycle des études médicales permettant sur 4 ans un cycle continu d’acquisition de connaissances nécessaires aux compétences requises pour exercer le futur métier de dermatologue.
  • Un cycle sur 4 ans, avec une année socle comportant au moins un stage en dermatologie, 2 années d’approfondissement à la fin desquelles les étudiants de 3ème cycle auront à soutenir leur thèse de médecine suivies d’une année de consolidation avec une mise en situation. Au cours de cette année, il sera possible de faire un stage chez les dermatologues de ville, en lien avec les services hospitaliers ou hospitalo-universitaires selon un programme pédagogique concerté.
  • Un projet de plateforme numérique du 3ème cycle à l’initiative de l’UNFS3 et sous l’égide de la coordination des collèges des enseignants en médecine (CNCEM), se met en place. Tous les collèges auront pour mission de mettre sur une base nationale les enseignements de leur spécialité.

Programme GRENT « Graines Engrais Tuteurs » CNU-CEDEF

Télécharger le document PDF

À l’initiative du CNU (Conseil national des universités) de Dermatologie, un groupe de travail a été formé (Mahtab Samimi, Caroline Gaudy, Angèle Soria, Marie Beylot-Barry et Brigitte Dreno) afin de mettre en place en 2016 plusieurs actions pour mieux faire connaître aux internes les étapes de la carrière hospitalière et hospitalo-universitaire :

  • un sondage auprès des internes de 3ème et 4ème année concernant leurs souhaits de carrière et pour connaitre leurs motivations, les freins éventuels pour telle ou telle type de carrières et leurs besoins
  • des séminaires pilotes dans le Sud-Ouest et le Grand-Ouest, avec outre une présentation théorique, des échanges et Témoignages avec les PU, PH, CCA, Internes en M2 etc…
  • un forum aux JDP 2016 « comment être dermatologue et chercheur »
  • atelier (comme en 2015) sur la formation à la recherche au cours du séminaire DMA (Thierry Passeron, Frédéric Caux)

Pour 2017 il est prévu :

  • de réaliser les séminaires GRENT dans les autres inter-régions
  • de publier en ligne et dans les annales de dermatologie un guide explicatif sur la carrière hospitalo-universitaire
  • de renouveler le forum aux JDP
  • de lettre en place des ateliers de coaching en petit groupe

Pour en savoir plus…

Les recos de la SFD

Recommandations acné
  1. Acné - Centre de preuves en Dermatologie (2015)
  2. Actualisation des recommandations de prise en charge du mélanome stade I à III (2016)
  3. Infections (maladies) Sexuellement Transmissibles

Quatre saisons de la dermatologieNouvelle formule depuis 2016

Accéder au calendrier

La parole est aux juniors, et des topos à voir et à revoir

Les Quatre Saisons de la Dermatologie organisées par la SFD ont changé. Une nouvelle formule est proposée depuis avril 2016 avec de nouveaux formats de présentation :

  • thèmes d’actualité en Dermatologie axés sur la pratique : un thème transversal par session avec des topos pratiques « Comment je fais le diagnostic ? Comment je traite ? »
  • des rubriques récurrentes « Best of de congrès, les minutes d’histopathologie, actualités des recommandations en Dermatologie, Hot topics, actualités d’un groupe thématique de la SFD etc. ».

Ces séances sont enregistrées et à voir et revoir sur le site de la SFD sfdermato.org chez vous ou dans les service.


Consulter le programme

« La parole est aux juniors », avec 3 présentations par séance

Le saviez-vous ?« Dermato-Info.fr » est le site grand public de la SFD

Accéder au site de Dermato Info

Dermato-info.fr est destiné aux patients qui cherchent des informations et explications complémentaires concernant leur maladie de peau ou celle de leurs proches.

Allez le visiter et n’hésitez pas à le conseiller à vos patients et à le faire connaître autour de vous.

Ce site est régulièrement actualisé et va bientôt s’enrichir de nouvelles informations sur les avancées thérapeutiques ou en recherche dans les maladies cutanées.

Visiter le site grand public

Dermoscope

…et gagnez un dermoscope !

Les gagnantes du TOP 12 des JDP 2016 vous proposent 2 QUIZ.

Participez et gagnez un dermoscope, si vous êtes parmi les 4 premiers à répondre correctement à toutes les questions des 2 QUIZ ! Ils sont offerts par le CEDEF et la SFD :)

Les prix seront remis lors de la séance des 4 Saisons de la Dermatologie, le Jeudi 20 avril 2017 par le Président de la SFD et la Past-Présidente du CEDEF.

Attention, vous avez trois essais sur une seule adresse e-mail par joueur pour gagner !

Pour tous les membres juniors de la SFD qui n’auront pas la chance de gagner un dermoscope, la Société MEDIQ, partenaire de la Newsletter Juniors SFD/CEDEF 2017, offre une remise de 20 % pour tout achat d’un dermoscope HEINE mini 3000 LED pendant un mois après le lancement de la newsletter grâce au code promo JEUSFD. Lien vers le site de MEDIQ https://www.mediq.fr/

  • Quiz 1

    Cas clinique de Maxence CORMERAIS
    Rennes, Promo 2013

    Maxence CORMERAIS
  • Quiz 2

    Cas clinique de Clémentine MOULIN
    Clermont-Ferrand, Promo 2012

    Clémentine MOULIN

Je participe MAINTENANT !

Petites annonces

Petits annonces

Déposez ou consultez une annonce sur le site de la SFD au sujet d'un remplacement, d'une cession de cabinet, ou de la vente de matériel d'occasion entre autres.

Agenda des congrès

Agenda sur le site du CEDEF
Agenda sur le site de la SFD